Pleistocene LE PLEISTOCENE EN HAUTE PROVENCE

Un monde minéral

Entrons dans l'époque Pleistocène.

Quoi de mieux, que la visite d'une moraine de l'ancien glacier de la Durance pour nous familiariser avec l'étonnante histoire qui s'y trouve gravée.
Ce court reportage se passe dans les Alpes du sud, au-dessus du village de Théus (hautes-alpes), dans le ravin de Vallauria qui se jette dans la Durance.

Nous avons passé quelques heures dans ce ravin et rien ne semblait bouger, hormis le vent violent qui agitait les arbres et entraînait les nuages à grande vitesse. Un autre bruit que celui du vent nous parvenait, c'était celui du ruisseau, celui qui transporte aujourd'hui des grains de sable mais parfois des cailloux et qui inlassablement modèle le paysage en grattant, usant, érodant.  L'histoire que nous racontons, dans ce reportage s'étend sur une durée de 24000 ans alors évidemment, en quelques heures, on ne remarque pas de changement.

Le dernier maximum glaciaire de la vallée de la Durance date de cette époque. L'épaisseur de la glace était imposante, puisque le ravin de Vallauria qui a conservé une partie de la moraine, se situe à 700 mètres au-dessus du cours actuel de la Durance. De plus, on sait que le lit de la Durance se situait, il y a 24000 ans, environ 100 mètres plus bas, lit comblé depuis par des alluvions. C'est ce climat glaciaire qui a provoqué un abaissement du niveau des océans d'environ 100 mètres et de ce fait le creusement du lit de la Durance. Plus tard, le réchauffement a produit l'effet inverse, dépôts d'alluvions, pour que la rivière retrouve son profil (le dépôt d'alluvions est inversement proportionnel à la puissance du courant).
coordonnées des demoiselles : 44°29'26 N 6°12'09 E altitude : 1178m-1288m. Terrasse glaciaire alt. : 1364m. Lit actuel de la Durance alt. : 633m, lit ancien alt. : environ 533m.

Un nouveau site.

Le présent site a été mis en ligne le 20 avril 2005. Il a subit durant tout ce temps plusieurs remises à niveau. Cependant en 2012, son langage XHTML s'est avéré obsolète. Puisque nous devions utiliser maintenant les codes HTML 5 et CSS 3, mais aussi les possibilités offertes par la video HD, mais enfin les avançées fulgurantes en matière d'études du Pleistocène, c'est finalement un site entièrement nouveau qui voit le jour. Seul souvenir du passé, le nom de domaine quaternaire.net, est conservé. Bien venue à bord et bonne navigation.